Équité de genre

Plaidoyer sur les violences faites aux femmes et aux filles à Jean Rabel

WhatsApp Image 2020-10-06 at 08.59.09
WhatsApp Image 2020-10-06 at 08.59.09

press to zoom
WhatsApp Image 2020-10-06 at 09.04.35
WhatsApp Image 2020-10-06 at 09.04.35

press to zoom
WhatsApp Image 2020-10-06 at 08.59.08
WhatsApp Image 2020-10-06 at 08.59.08

press to zoom
WhatsApp Image 2020-10-06 at 08.59.09
WhatsApp Image 2020-10-06 at 08.59.09

press to zoom
1/3

Dans le cadre du projet Renforcement des capacités acteur.e.s civil.e.s et politiques sur les droits de la personne, LIDE-N a réalisé une activité de plaidoyer dans la commune de Jean Rabel. Cette activité a eu pour thème : « Les violences faites aux femmes et aux filles dans la commune de Jean Rabel : impunité et banalisation ». Plusieurs représentant-e-s de nos organisations partenaires et de certaines institutions sociales et financières de la commune, certains leaders religieux, certains représentants du système judiciaire (juges de paix et police nationale d’Haïti) et du pouvoir local, étaient présent-e-s à cette activité. 

En savoir plus

Formation, sensibilisation et plaidoyer sur les droits humains et les  droits des femmes

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom
1/4

Depuis août 2019, LIDE-N a lancé, sur demande de ses organisations partenaires communautaires, des activités de formation sur les droits humains et sur l’équité de genre à l’intention des membres des organisations des communes de Jean Rabel et de Ganthier. Suite à ces formations, une campagne de sensibilisation à l’intention des populations et des actions de plaidoyer auprès des autorités locales sont envisagées pour assurer la transmission et la pérennité des connaissances acquises. 

Les objectifs principaux de ces activités sont de lutter contre les violations des droits humains enregistrées dans les communes et de renforcer la synergie entre les organisations communautaires, les autorités locales et judiciaires dans le processus de prise de décisions contre les violations de droits, notamment celles enregistrées contre les femmes et les filles. Ces activités qui devraient prendre fin en juin 2020 sont momentanément interrompues à cause de la pandémie du COVID-19.